Hockey sur glace / Dave Henderson : « Enfin à armes égales »

Les sportifs aussi font leur rentrée. Prétexte pour revenir à cette occasion sur l’interview de Dave Henderson, l’entraîneur des hockeyeurs bleus depuis sept ans, suite à l’élimination des Français aux derniers Mondiaux, au mois de mai.

– Dave Henderson, que retenez-vous de ce Championnat du monde ?
– Je retiens un bon tournoi avec une qualification pour le deuxième tour. Ce n’est jamais facile. Après, lors du deuxième tour, l’équipe a fait bonne figure, surtout contre les Etats-Unis (ndlr : défaite 2-3). C’était plus compliqué sur la fin, où la fatigue était très présente. Mais globalement, c’est un bon tournoi pour nous. On est allé chercher le maintien que l’on visait et, qui plus est, au premier tour (ndlr : l’an dernier, les Bleus s’étaient maintenus après le tour de relégation). On s’est ensuite frotté aux meilleures équipes du monde dans le tour de qualification pour les quarts de finale. Je retiens le positif. Sur le jeu, on a été capable de mieux attaquer que les autres années. D’ailleurs, parfois, on s’est un peu trop livré en attaque, ce qui nous a été fatal derrière. Mais globalement, cette année et pour la première fois, on a pu jouer à armes égales avec les poids lourds de la compétition.

Dave Henderson (debout, au second plan), entraîne l'équipe de France depuis 2004.

– Le bloc défensif de cette équipe de France a été énorme, notamment contre la Suisse et la Biélorussie……
– Oui, c’est vrai, la défense a été superbe. Mais ça on savait que l’on en était capable. Lors des trois dernières éditions, nos problèmes se situaient devant. On peinait à attaquer. Là, on s’est créé dans chaque match de nombreuses actions offensives. Et cela, on ne l’avait que rarement vu par le passé. Après, on reste toujours sur notre schéma habituel : être performant derrière. Car pour avoir les possibilités devant, il faut d’abord être hermétique derrière. Dans des championnats du monde, la France se doit d’être rigoureuse défensivement.  Mais ce qu’on a montré cette année, ce sont des capacités offensives.

« Stéphane Da Costa s’est mis beaucoup de pression »

– On a tout de même pu observer quelques erreurs d’indiscipline, un mal récurrent de cette équipe de France ?
– Oui, il y en a eu. Mais pas dans les matchs importants. Contre la Suisse et la Biélorussie, l’équipe n’a pas montré beaucoup de faiblesse défensive, et ce, malgré notre volonté de produire du jeu offensivement. Même contre les Canadiens où l’on perd largement (1-9), on s’est créé énormément d’occasions que leur gardien a malheureusement arrêtées. Il y a bien sûr eu des absences à certains moments, mais je vais surtout retenir notre volonté offensive.

– Y-a-t-il un joueur à ressortir de cette équipe de France ?
– Cristobal Huet, Kévin Hecquefeuille ont été supers. Il y a aussi eu Laurent Meunier, comme d’habitude. Mais je peux en citer plein qui ont fourni un travail énorme : Pierre-Edouard Bellemare, Vincent Bachet……

– Malheureusement, le plus gros talent, Stéphane Da Costa, a lui été décevant……
– Je crois qu’il s’est mis beaucoup de pression du fait de son jeune âge (21 ans) et de son nouveau statut de joueur NHL. Il s’est peut-être aussi un peu frustré au fur et à mesure que le tournoi avançait. Mais c’est un apprentissage classique pour les jeunes joueurs. Il va continuer à progresser et les difficultés viennent toujours avant la réussite. Les difficultés, il les a eues lors de ce tournoi, donc la suite s’annonce meilleure. Mais il a quand même fait de bonnes choses. Le but de Kévin Hecquefeuille, en prolongation contre la Biélorussie, vient d’un bon travail et d’une combinaison de Stéphane avec Sacha Treille. Il ne s’est peut-être pas exprimé autant qu’il l’aurait voulu dans ce tournoi (ndlr : S.Da Costa a également été blessé), mais il est encore jeune, il faut lui laisser le temps. Et on lui donnera ce temps….

« Un quart de finales le plus tôt possible »

– Avez-vous un petit regret de ne pas être en quarts de finale ?
– Bien sûr qu’il y a un petit regret. On passe ce premier tour et au deuxième, on a eu des matchs difficiles face à la Suède (0-4) et la Norvège (2-5). Mais on a bien figuré face aux Etats-Unis. Nous avons une bonne progression au plus haut niveau depuis trois ou quatre ans, mais cela doit aboutir à un quart de finale. Cette année, cela n’a malheureusement pas été le cas, mais pour le futur, ça doit être l’objectif de l’équipe. On espère que ce sera le plus tôt possible.

– Avez-vous un pronostic pour la suite de la compétition ?
– Il y a huit équipes en quarts de finale et je peux vous dire que ce sera l’une d’elles (rires). Les Canadiens sont impressionnants, les Suédois et les Norvégiens sont bons et très en forme. La République Tchèque et la Finlande semblent également capables de remporter ce tournoi. C’est la loterie à ce niveau de la compétition. Je ne me risquerais pas à faire un pronostic et j’aurais du mal à en faire un. D’ailleurs, je ne fais jamais de pronostic.

– Malgré l’élimination (ndlr : sortie au 2eme tour, la France se classe finalement 12eme), avez-vous fêté ce bon résultat avec les joueurs lundi soir… ?
– A chaque fin de tournoi, les joueurs ont un temps libre la veille de notre départ. Ensuite, tous ensemble, on va manger au restaurant, on discute de notre compétition. Mais ça se fait dans la bonne humeur, pour passer un dernier bon moment ensemble. Et là, avec ce que les joueurs ont réalisé, bien sûr que l’on a fêté notre maintien !

Propos recueillis et rédigés par Maxence Regnault
Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s