Un cappuccino, et vite !

Faire le meilleur cappuccino et le plus vite possible : tel était le but de ce concours gastronomique hors du commun. Les élèves de douze écoles hôtelières du Piémont ont participé à ce cinquième championnat régional, le 20 mai dernier, à Eataly. L’occasion pour ces jeunes de se tester et de prouver que le cappuccino est un véritable art gastronomique italien.

L'une des étapes les plus délicates : verser la crème de lait dans le café.

« Le jury est prêt ? On lance le chronomètre ! » C’est Fabio Giudice, le présentateur du championnat, qui annonce le top départ. Deux jeunes de 16 ans s’affrontent en duel devant leurs machines à café pour confectionner le meilleur cappuccino. Au total, près de 100 adolescents de 12 écoles hôtelières du Piémont vont participer à cette journée de concours. Vêtus de petits tabliers ou de gilets de serveurs, ils s’affairent derrière le bar. Ils remplissent la machine de café, lancent deux expressos, mettent le lait dans un récipient en métal, le font monter avec de la vapeur pour créer une crème onctueuse qu’ils versent délicatement dans les tasses remplies de café.

Des cœurs, des feuilles, certains participants laissent libre cours à leur créativité pour séduire un jury exigeant. Armés de chronomètres et de thermomètres, cinq experts du cappuccino vérifient que la température soit parfaite (entre 52 et 54°C) et que la crème soit onctueuse et non moussante.

Chacun a sa recette pour un cappuccino réussi

De tradition italienne, le cappuccino séduit de plus en plus les étrangers. (Photos Valentine Patry)

Pour remplir cette mission, les écoles et les participants ont des techniques et des ingrédients secrets. Pour Luigi Martello, le vainqueur du premier championnat, « c’est la passion qui fait un bon cappuccino. » Il se laisse guider par son instinct. « Je pose ma main sur le récipient de lait pendant qu’il monte pour juger la température et j’arrête la vapeur quand le lait cesse de faire un petit bruit strident. » Selon lui, « verser le lait dans la tasse est l’étape la plus difficile, il ne faut pas y aller trop fort ni trop doucement et toujours rester maître de ses actions. Au fur et à mesure, on gagne en confiance. »

« Une vraie tradition à perfectionner »

Faire un cappuccino est donc un art qui s’apprivoise avec le temps et qui demande de la technique et de la finesse. Mais pour Alessandro Cocco, de la marque italienne de café Lavazza, « à cause de la fierté des Italiens, l’art du cappuccino se perd. Tous les Italiens sont persuadés de faire le meilleur cappuccino du monde mais ils ont tendance à se reposer sur leurs lauriers et à se faire dépasser par les étrangers qui travaillent dur pour maîtriser et faire innover notre tradition. Les Italiens doivent retrouver le goût du challenge. En ce sens, cet évènement est intéressant car il permet de revaloriser la profession de cafetier et de montrer que le cappuccino est une vraie tradition à perfectionner. » Un art difficile à réaliser mais si bon à déguster !

Valentine Patry (www.lepetitjournal.com/Turin) mardi 24 mai 2011
Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s