REGATTA 2011 – Des équipes internationales en compétition dans le Golfe de Naples

C’est devant la magnifique île d’Ischia, dans le Golfe de Naples, que s’affrontent les 44 voiliers de la Regatta de l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris dont lepetitjournal.com est média partenaire. A bord, une dizaine d’étudiants et un skipper doivent, sans se connaître ni parler la même langue, donner leur maximum pour arriver en tête de cette régate. Découverte, adrénaline et dépassement de soi sont au programme de cette course hors du commun.

510 étudiants des 5 campus européens de l'ESCP participent à la Regatta 2011. (Photos lepetitjournal.com)

« Elisabeth, tourne la manivelle ! Antoine, cours rentrer la voile !” s’époumonne Francesco, le skipper. Pendant la régate, sur le Catty Sark, superbe voilier de 12 mètres, personne n’a le temps de bronzer. Les six étudiants qui composent l’équipage s’affairent avec précipation. Une voix hurle dans la radio : “Five, four, three, two, one, go!”. Ca y est, la régate commence ! Tous les voiliers se dirigent vers la bouée jaune au loin. Les voiles blanches des 44 bateaux se découpent sur le bleu de la mer devant les collines d’Ischia. Tous les navires voguent dans la même direction et les équipes sont plus motivées que jamais. Les 500 étudiants de la Regatta font preuve d’une incroyable détermination. “On attendait ce moment avec impatience ! On a beaucoup de chance d’être ici car les places pour la Regatta se sont vendues en 20 minutes!”, nous explique Anne-Sophie, une étudiante francaise.

Après être partis de Naples, les voiliers de la Regatta ont rejoint l'île d'Ischia.

Pendant une journée,
les étudiants deviennent
de vrais skippers

Les jeunes du Catty Sark tournent les manivelles, courent à l’avant, se baissent quand le voilier vire de bord… On dirait presque des skippers professionnels. Pourtant, seul Francesco, un napolitain d’une quarantaine d’années, sait manœuvrer son voilier. C’est lui qui en une journée a appris à ces 6 jeunes comment gagner la régate. La tâche était difficile. Les jeunes n’ont pour la plupart jamais mis les pieds sur un voilier, ne se connaissent pas et ne parlent même pas la même langue. Mais l’alchimie fonctionne. A bord, on échange dans un mélange de francais, d’anglais et d’italien et on se prend au jeu. “Je suis ravi de voir qu’en quelques heures, ces jeunes ont appris tant d’automatismes ! Je suis très fier de mon équipage !”, confie Francesco, le skipper italien.

Une Regatta placée sous le signe de la découverte

Même si, après une heure de course, les étudiants du Catty Sark n’ont fini qu’en 7e position (sur 44 tout de même !), la satisfaction se lit sur les visages. Dario, jeune étudiant turinois, affirme que cette expérience était si incroyable qu’il a décidé de passer son permis bateau pour retourner en mer. Cette Regatta, particulièrement réussie, a donc permis à ces 500 chanceux de découvrir la voile, le Golfe de Naples et surtout le dépassement de soi.

Valentine Patry (www.lepetitjournal.com/Turin) lundi 16 mai 2011
Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s