Grégory Havret : « Ballesteros, l’idole d’une génération »

Grégory Havret

Le samedi 7 mai, Severiano Ballesteros nous quittait, à 54 ans. Grégory Havret, n°1 français, se remémore, pour nous, la légende du golf européen. Un grand Monsieur qui aura apporté au monde du golf sa personnalité hors normes.

 

Maxence Régnault : Comment avez-vous réagi après l’annonce du décès de Severiano Ballesteros ?

Grégory Havret : Depuis le vendredi, on savait qu’il n’allait pas bien, que les nouvelles étaient mauvaises. Mais ça faisait plusieurs mois que l’on savait que ce n’était qu’une question de temps. Il s’est éteint cette nuit (samedi 7 mai) et on l’a appris [le] matin en mettant les pieds sur le green. Forcément, c’est quelque chose de dur à encaisser. C’est quelqu’un qui nous a apporté énormément. Personnellement, si aujourd’hui je gagne ma vie en jouant au golf, c’est notamment grâce à lui. Il a été l’idole de toute une génération. Aujourd’hui, lorsque l’on demande dans la rue si l’on connaît un golfeur, on répond Tiger Wood. Il y a quinze ans, on répondait Severiano Ballesteros. Il a tellement apporté au golf européen, et au golf en général, que c’est une nouvelle vraiment très triste.

M.R : Que va-t-il laisser au monde du golf ?

G.H : Déjà, il a rendu meilleur le monde du golf. Il a apporté son charisme incroyable à notre sport. C’était un joueur hors normes qui a gagné cinq Majeurs. Pour que les gens se rendent compte, Yannick Noah n’a remporté qu’un seul Grand Chelem en tennis, ce qui est l’équivalent d’un Majeur en golf. Cinq Majeurs, ça montre la portée de ce qu’il a réalisé. C’est tout simplement énorme. Seve Ballesteros, c’est aussi 50 tournois sur le Tour Européen. Mais c’était, en fait, surtout une personne incroyable, avec un charisme comme peu de personnes en ont. Il avait un mental extraordinaire. Il a amené la Ryder Cup en Espagne (seul fois où cela s’est joué sur le sol européen, hors Angleterre). Il avait une dimension que peu de joueurs ont et que peu de joueurs auront, même à l’avenir.

« Le monde du golf est en deuil »

M.R : Comme vous le présentez, c’est un peu le plus grand champion de golf de tous les temps…

G.H : De tous les temps, non. Jack Nicklaus a gagné 18 Majeurs… Mais  il a amené le golf européen sur le devant de la scène. Avant lui, l’équipe européenne remportait un match sur dix face aux Etats-Unis en Ryder Cup. Avec lui et des joueurs dans son sillage, comme Bernhard Langer, José Maria Olazabal ou Nick Faldo, le niveau de cette équipe européenne s’est relevé au même niveau que celui des Etats-Unis. Et si ces joueurs ont pu développer tout leur potentiel, c’est parce que lui, avant, avait montré que c’était possible de rivaliser avec les joueurs américains. Mais au-delà de ça, c’était surtout un personnage, un grand Monsieur. C’est d’autant plus perturbant pour moi, que mon idole s’en est allé aussi jeune (54 ans)…

Severiano Ballesteros (Crédit photo : Peter)

M.R : L’avez-vous déjà côtoyé sur le circuit ?

G.H : Oui, j’ai eu la chance et l’honneur de jouer un troisième tour d’Open d’Italie avec lui. C’était en 2002 ou2003. C’était l’un des moments les plus incroyables de ma vie de golfeur, d’autant plus aujourd’hui qu’il nous a quitté. C’est une vraie chance que j’ai eu de pouvoir faire un 18 trous avec lui, et je me souviens que j’avais passé un moment vraiment génial. Je l’avais aussi eu, une fois en capitaine, lors d’un match d’équipe continentale face à l’équipe anglaise. C’est une rencontre qui a lieu tous les deux ans, et en 2007 il en était encore le capitaine lorsque j’y ai participé. J’ai énormément profité de ce personnage, non seulement charismatique, mais aussi sympa et drôle. Ces deux rencontres avec Severiano Ballesteros, je les aurai toujours en moi. C’était incroyable.

M.R : C’est donc un grand Monsieur apprécié de tous qui vient de nous quitter….

G.H : Oui, bien sûr. Le monde du golf est en deuil aujourd’hui. Au-delà du Tour Européen et du monde professionnel, le golf pleure un personnage exceptionnel. Je crois que l’on peut dire qu’il y avait un avant et qu’il y aura un après Severiano Ballesteros.

 Maxence Régnault (Retrouvez cet article sur Sport365.fr)
Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s