Entretien avec Tony Parker

Crédit photo : Keith Allison

 En mai dernier, Maxence Regnault rencontrait Tony Parker à Paris. Dans cette première partie d’interview, il évoque l’ASVEL, son retour éventuel à Villeurbanne en cas de lock-out qui n’a rien d’une plaisanterie mais aussi son actualité en équipe de France.  

 

 

Maxence Regnault : Tony Parker, en tant que joueur vous êtes éliminé des play-offs, mais pas en tant que dirigeant de l’ASVEL. Que vous inspire la saison de Villeurbanne ?

Tony Parker : On ne s’en sort pas trop mal. On avait pris le pari avec Pierre Grall et Vincent Collet de miser sur les jeunes en les associant avec des joueurs plus expérimentés. Malheureusement en début de saison, Vincent Collet est parti assez vite. Donc je trouve qu’au final, on ne s’en sort pas trop mal. C’est surtout grâce à l’excellent travail de Nordine Ghrib. L’équipe progresse. Mais c’est vrai qu’avec cette équipe on alterne le très bon et le moins bon. Maintenant ce sont les play-offs qui vont débuter. On verra quel visage les joueurs vont montrer face à Chalon.

M.R : Et c’est un club où vous prenez de plus en plus de responsabilités…

T.P : Les deux premières années j’étais là pour apprendre, pour regarder. Certains pensaient que j’allais prendre des décisions directement. Bien sûr je donnais parfois mon accord, mais je ne mettais aucun veto. A partir de l’an prochain ça va changer, c’est vrai. J’aurai beaucoup plus d’emprise, plus responsabilités. Après deux années à observer, je me sens prêt à prendre des décisions.

M.R : Le coach de Bourges, Pierre Vincent, est annoncé pour la saison prochaine. Ce serait même déjà signé…

T.P : Non ce n’est pas fait. Mais je n’ai pas trop envie de parler de la saison prochaine. On a les play-offs qui commencent et c’est ça le plus important.

M.R : Comment se passent vos relations avec Vincent Collet depuis son départ prématuré de l’ASVEL ?

 T.P : Très bien ! Je l’ai eu régulièrement, toute la saison au téléphone. Il est venu me voir deux fois à San Antonio. Mais je n’ai jamais trop reparlé de l’ASVEL avec lui. Lorsqu’il est parti, j’avais aussi mes problèmes personnels donc lorsque l’on se voyait, c’était pour parler de l’Equipe de France.

 ‘ S’il y a un lock-out, j’ai déjà dit à mon agent de me chercher un appart ! ‘

 

M.R : Avez-vous des nouvelles sur le possible lock-out ? Et cela peut-il remettre en question votre participation à l’Euro avec l’équipe de France ?

T.P : Non ! Lock-out ou pas, je jouerai en équipe de France. Je l’ai déjà dit au Spurs, à « Pope », que je voulais jouer avec les Bleus pour qu’on se qualifie pour les JO. Il n’y a pas de débats là-dessus. Après sur la question du lock-out, il est évident que début juillet ,ça sera bloqué. Mon agent, avec qui j’en ai parlé, est plutôt positif. Il pense que ça se débloquera pour le début de la saison régulière. Mais d’un autre côté notre représentant des joueurs à San Antonio, Matt Bonner, est lui, persuadé, que ce sera un long lock-out. Il faudra être prêt à tout. La dernière fois qu’il y a eu un lock-out c’était en 1999 et la saison n’avait redémarré qu’en janvier. Donc il faut attendre. Mais au pire pour moi, si tout reste bloqué, je resterais en France et pourquoi pas jouer le début de la saison ici.

M.R : Vous envisagez réellement de rejouer en France ?

T.P : Oui ! J’en ai déjà discuté avec mon agent en France. S’il y a un long lock-out je lui ai déjà dit de me chercher un appart ! Je ne rigole pas, je suis sérieux.

M.R : Et quand vous dites en France, c’est évidemment à l’ASVEL…

 T.P : Oui, je n’irai pas jouer à Bordeaux avec Boris [Diaw, ndlr]… (Rire) !

M.R : Mais envisagez-vous de jouer ailleurs en Europe ?

T.P : Non. Je n’irai pas jouer ailleurs en Europe. Je ne veux pas aller en Espagne ou en Russie. Si je reste ici, autant en profiter. En plus mes amis pourront venir me voir jouer.

M.R : On parle également d’un blocage de l’Euro en raison du lock-out NBA?

T.P : Oui c’est un gros problème même pour l’équipe de France. Financièrement, ce sont des sommes énormes qui sont en jeu, car on est neuf joueurs concernés en équipe de France. Il va bientôt y avoir des réunions entre nous et avec des représentants de la Fédération pour en discuter. La NBA a bien annoncé qu’elle ne paiera pas les parts des assurances des joueurs. Cela peut devenir un gros problème. Je ne sais pas s’il y a déjà des solutions de trouvées. Après, on verra si avec Boris Diaw et Joakim Noah, on ne peut pas trouver un accord.

 ‘ J’espère juste que la roue va tourner ‘

 

M.R : Vous êtes donc prêt à payer de votre poche…

T.P : Non, non, je ne paierai pas (rire) ! Blague à part, ça dépend combien on nous demande. Mais je sais que en 2007, Boris avait payé pour pouvoir venir jouer avec l’équipe de France.

M.R : Justement en parlant de l’équipe de France, comment sentez-vous cet Euro qui approche ?

T.P : J’espère juste que la roue va tourner. Ca fait plusieurs années que l’équipe est performante mais sans qu’il y ait les résultats au bout. Cette année on devrait avoir l’aide de Joakim qui va nous apporter cette présence qui nous manquait terriblement à l’intérieur. En Europe, c’est obligatoire d’avoir un joueur qui domine à l’intérieur. Toutes les équipes performantes avaient un ou plusieurs joueurs forts à l’intérieur. L’Espagne, avec les deux frère Gasol par exemple. Joakim va nous apporter cette différence.

M.R : Vous semblez très motivé pour cette Euro…

T.P : Bien sûr que je suis motivé. Surtout après cette élimination précoce en play-offs. Je n’aurais pas joué depuis plus de trois mois, donc je serai à 100%, mentalement et physiquement. Il y a beaucoup d’attente de la part du public et c’est normal. Mais j’ai hâte de commencer et j’espère qu’on ne les décevra pas.

‘ Joakim va nous apporter ce petit plus qu’il manquait à l’équipe de France ‘

 

M.R : Et quel est l’objectif de cette équipe de France ?

T.P : C’est forcément le titre. Ca l’a toujours été et ça le sera toujours. Il y a les deux premières places qualificatives pour les JO. C’est aussi un objectif. Après, si tout ne se passe pas comme prévu, il faut au moins être dans les six premiers pour pouvoir participer au tournoi pré-olympique. En plus la France sera candidate pour l’organiser, donc il faut absolument que l’on y soit. Et si jamais on n’est pas déjà qualifié, on pourra aller chercher notre qualification devant notre public. Et ça nous aidera forcément.

M.R : Et que pensez-vous de la formule de l’Euro ?

T.P : C’est long. La Fédération internationale cherche à gagner de l’argent en rajoutant des matchs. Ils ne peuvent pas faire les cinq premiers qualifiés ? Non, ça serait trop facile. Surtout que c’est un tournoi compliqué. Il commence début juillet, ce qui veut dire que la préparation commencera en juin. Si tu es en finale NBA, comme peut-être Joakim, c’est dur. Sur la longueur, c’est une sorte de marathon. Le championnat d’Europe est en plus la compétition la plus dure.

M.R : Comment jugez-vous l’émergence de Joakim Noah ?

T.P : C’est une très bonne chose pour le basket français. Et j’espère qu’il va vraiment venir en équipe de France pour nous aider. A Chicago, ce qu’il fait c’est énorme. Il a énormément progressé. Il est devenu l’une des pièces maîtresses des Bulls. C’est vrai que Derrick Rose est la star de cette équipe, mais Joakim est également indispensable. C’est lui qui apporte l’énergie, qui peut changer le cours d’un match grâce à ses rebonds. Cela fait plaisir de le voir jouer comme ça. Et je ne serais pas étonné, dans les années à venir, de la voir aux All-Stars, car il fait parti de ces joueurs qui peuvent vous changer le cours d’un match.

M.R : Et à titre médiatique il va vous délester un petit peu du harcèlement des journalistes…

T.P : Oui, ce ne sera plus que de ma faute si on perd (rire) ! Plus on a de bons joueurs, mieux c’est. Il suffit de regarder Kobe Bryant ne peut pas gagner tout seul, LeBron James ne peut pas gagner tout seul, Dwayne Wade ne peut pas gagner tout seul. Quand on a plein de bons joueurs autour, c’est plus facile. C’est pour ça que j’ai hâte que Joakim vienne nous rejoindre pour monter l’équipe de France le plus haut possible.

Maxence Regnault (Retrouvez cet article sur Sport365.fr)
Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s