Une avalanche de talents pour la Scarra 2011

345 enfants de 12 à 15 ans ont dévalés le slalom de la Scarra à Val d’Isère jeudi 7 avril. Cette course de ski internationale pour jeunes, fait parti d’un circuit prestigieux qui se déroule en Italie, en Slovénie et au Canada. La 31e édition se déroulait du 5 au 8 avril. Les meilleurs descendront la piste en moins de 41 seconde. Parmi ces champions en herbe, peut-être les futurs membres de l’équipe de France de ski. Luc Alphand (1981), Antoine Deneriaz (1989), ou Jean-Baptiste Grange (1997), des noms prestigieux du ski français qui tous ont dévalé la Scarra dans leur jeunesse.

Pour cette édition, le soleil était au rendez-vous et les organisateurs n’ont pas eu de problèmes d’enneigement. Mais ils ont dû travailler les pistes puisqu’il fait 10°C de plus que les normales saisonnières. C’est-à-dire les arroser plusieurs jours à l’avance pour qu’elles gèlent et ainsi résistent au passage de 345 compétiteurs juniors. La qualité de la neige est une donnée essentielle qui peut faire ou défaire une descente. Les enfants le savent bien et comptent sur leur numéro de dossard pour tirer leur épingle du jeu. Être dans les derniers à s’élancer, c’est devoir affronter une piste usée par le passage des concurrents. C’est risquer plus de fautes entre deux portes. Il faut que la neige tienne pour que les chances soient équitables.

«Mes skis Dynastar accrochent bien la piste! »

Ils sont très bien équipés: protection des tibias, du dos et casque sur la tête. C’est que l’épreuve du slalom est l’une des plus difficile du ski alpin. Vitesse et technique doivent être sollicitées pour gagner (ou tout du moins, ne pas chuter et abandonner). Il faut enchainer les portes, ces piquets de plastique qui font un bruit sec quand les skieurs les frappent pour les écarter de leur passage. A tout cela les skieurs de la Scarra sont habitués. Ils sont sur des skis depuis leur plus jeune âge et s’entrainent avec détermination à devenir les meilleurs de leur génération. Si tous ne seront pas des skieurs professionnels, ils en ont déjà le mental. Répondre aux interviews, citer leurs sponsors, les yeux rivés sur les tableaux de résultats et pensant déjà à la manière de grappiller quelques dixièmes de secondes sur la deuxième manche. Mais c’est tous ensemble, en musique et en drapeaux, qu’ils défilent dans les rues de la station.

Trophées et sucreries

Des pros en herbe qui ne se font pas de cadeaux mais qui se soutiennent entre coéquipiers. 80 clubs français et 31 nations étrangères ont fait le déplacement. Mais c’est un skieur avalin qui a tout raflé, slalom et super G. Une performance remarquée et un doublé gagnant pour Hugo Geraci. A 14 ans, ce skieur de Val d’Isère prend sa victoire avec le sourire et avec décontraction. Il a eu droit comme les cinq gagnants des catégories FIS de monter sur la balance et de recevoir son poids en bonbons, cadeau d’un des sponsors de l’événement. Parce que ces sportifs, aux rêves de grandeur, restent avant tout des enfants.

Céline Pellarin
Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s