Paris et Mexico s’engueulent, la culture trinque

Jacqueline Colde expose pendant un mois une série de photos sur le Mexique, à l’espace culture de Marseille. L’une des nombreuses manifestations qui, en principe, fait partie de l’année du Mexique en France. En principe.

« C’est dommage que ce soit le milieu culturel qui trinque. Ça me déchire le cœur ». Jacqueline Colde est l’un des nombreux artistes qui se sont impliqués dans l’organisation de l’année du Mexique en France. Un événement mis sur la sellette et victime de la crise diplomatique entre Paris et Mexico, au sujet de l’affaire Cassez.

"Sur le derrick", une des photographies de l'exposition

C’est un véritable casse-tête : le président mexicain Felipe Calderon a annoncé son retrait des festivité, en protestation contre son homologue Nicolas Sarkozy, qui lui-même proteste contre la justice mexicaine, qui refuse de transférer le dossier de Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison à Mexico pour complicité de séquestrations. Ce n’est pas fini : le président français souhaite maintenir les festivités à condition qu’elles soient dédiée à la jeune femme. L’ambassadeur du Mexique annonce alors que son pays est prêt à participer à l’événement si et seulement si les manifestations ne sont pas systématiquement liées à Florence Cassez. Vous y êtes ?

Les amoureux du bus

"Les amoureux du bus"

A vrai dire, les artistes ne savent plus à quoi s’en tenir, et regardent avec amertume la décadence des événements qui leur appartiennent. « On ne doit pas tout mélanger, s’énerve la photographe, si Sarkozy veut infliger des sanctions au Mexique, qu’il le fasse sur le plan économique, mais pas culturel, ça n’a pas de sens ! ».Hernan Harispe, président de l’Association de solidarité Provence-Amérique du Sud, est du même avis : « La position des gouvernements français et mexicain n’est pas acceptable. C’est sûr que Florence Cassez mérite un meilleur jugement. Mais ce n’est pas en affectant la sphère culturelle que les choses vont changer pour elle, au contraire. Ces décisions vont l’isoler, la victimiser davantage au Mexique ». Et de conclure, le sourire malin : « On ne va passe laisser faire. Malgré toute cette mascarade, on va continuer à promouvoir la solidarité culturelle entre les deux pays ».

Juliette Morel
Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s